Le premier livre consacré à l’histoire de la galoche

NOUVEAU !       Il vient juste d’être édité

Livre La galoche

« La galoche, histoire de la chaussure à semelle de bois »

La galoche, cousine du sabot. On prend souvent l’un pour l’autre, pourtant la différence est simple : le sabot est entièrement taillé dans un morceau de bois, alors que la galoche est composée d’une semelle de bois sur laquelle est clouée une tige en cuir.

Étrangement, l’histoire de la fabrication des galoches, ces chaussures à semelles de bois, s’est perdue et ne fait l’objet d’aucune littérature exhaustive. Ce livre est le premier à dresser un tableau historique et technique de la galoche, du premier artisanat au XIXème siècle à l’époque florissante du début du XXème siècle où la France comptait des centaines d’ateliers.

Louis Fournier a passé plusieurs années à rassembler des documents. Parcourant la France, allant à la rencontre des derniers galochiers détenteurs du savoir-faire, il en a compris les gestes et découvert les traditions. Il nous présente dans ces pages richement documentées toutes les facettes, sombres ou brillantes, de l’histoire de la chaussure à semelle de bois. La galoche, ignorée dans la plupart des musées de la chaussure, est mise à l’honneur en Isère, dans le seul lieu qui lui est entièrement consacré : l’atelier du galochier, à Virieu.

Auteur :  Louis Fournier

Éditeur : Mairie de Virieu (Isère)

Concepteur : Jean-Philippe Repiquet

64 pages – 138 illustrations couleur – Format : 13 X 19 cm ( à l’Italienne)

Prix : 7 € (si expédition + participation forfaitaire au port : 3€)

ISBN : 978-2- 9526697-3- 3

imprimé en France

bon de commande- GALOCH-HAUTEDEF copie

France 3 – Alpes août 2016
Le musée de Virieu (isère) vous dit tout sur la galoche

C’est dans la vallée de la Bourbe à Virieu, dans le Nord Isère que se trouve le seul musée de France entièrement consacré à la chaussure à la semelle de bois. Il raconte l’histoire de la galoche et des galochiers. Des artisans dont le savoir-faire est aujourd’hui presque disparu.

Semelle de bois et dessus en cuir, la galoche n’est pas vraiment confortable, mais elle a été largement utilisée dans les campagnes jusqu’au milieu du 20è siècle. Celle que l’on appelle aussi la « chaussure du pauvre » fait partie de notre patrimoine et Louis Fournier est le gardien de sa mémoire.
Il est sans doute celui qui connaît le mieux l’histoire de la galoche et des galochiers, ces artisans qui taillaient les semelles dans des billes de bois. Et il est intarissable sur le sujet. Venez le voir dans son musée de poche situé à Virieu. Vous saurez tout sur la galoche !

Par Anne Hédiard, journaliste et présentatrice du Journal télévisé France 3 -Alpes, un reportage de Daniel Despin, Yves-Marie Glo et Jean-Jacques Picca, France 3 -Alpes

4 thoughts on “Le premier livre consacré à l’histoire de la galoche

  1. Merci Louis pour tout le travail de mémoire que tu fais pour nous et les générations suivantes !!!!
    Encore félicitations .
    Bien sur que j’achèterai le livre .
    Dominique Bigallet

  2. Vous avez dit Galochier ? De A à Z il est facile de faire rimer avec Fournier!
    Louis soit les semelles en bois! Celles-ci me procurent un brin de Mémoire,
    75 ans plus tôt:mes premières armes à la « grande école »pendant la « drôle de
    guerre ».A cette occasion,mon père,à son retour clandestin de « vacances »,
    avait confectionné des amortisseurs en caoutchouc sur les semelles en bois
    de mes galoches,plus à l’aise,surtout silencieuses sur les pavés du Nord!
    Étaient-elles viriaquoises?! Bien sûr je suis partant pour votre nouvelle œuvre!

  3. Bonjour Louis,
    Encore un livre qui tiendra une belle place dans notre bibliothèque ! Merci pour tout ce tu ramènes à nos mémoires. Il faut que ta passion soit énorme pour tout ce travail que tu ne cesses d’accomplir. Pour moi, c’est un immense plaisir de me replonger dans ce village de Virieu qui tient une si grande place dans mon cœur ! … et que j’ai appris à faire aimer à Yves …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *