Le musée de la galoche, c’est le pied

L'aventure des chaussures à semlles de bois

L’aventure des chaussures à semelles de bois

Venez découvrir l’aventure des chaussures à semelles de bois, en visitant l’atelier du galochier à Virieu (Isère). Seul lieu de mémoire en France consacré à l’activité passée de la fabrication et de l’usage des galoches.

La galoche, à ne pas confondre avec le sabot qui lui est entièrement taillé dans une pièce de bois, est une chaussure composée d’une semelle de bois au-dessus de laquelle est pratiquée une feuillure périphérique permettant d’insérer la partie supérieure en cuir. L’ensemble est monté par clouage. Déjà portée par les Gaulois, elle sera même adoptée par les romains.

La tradition orale perdant, tout doucement la mémoire de cette activité artisanale et industrielle, la municipalité de Virieu a eu la judicieuse idée ainsi que l’opportunité de permettre que soit préservé le souvenir de cette activité en créant un lieu de mémoire relatif à la fabrication des galoches. Un lieu patrimonial unique en France. Ce petit atelier, chaleureux et plein de cachet, transporte le visiteur hors du temps présent, galoches, cuir, semelles de bois, lacets, machine à coudre, outils … Tout y est, dans les moindres détails, comme si le galochier allait franchir la porte ! Des centaines d’accessoires et d’objets tous d’époque sont agencés selon les étapes de la confection. Quel bel hommage rendu à nos ancêtres qui ont œuvré à la confection de ces chaussures à semelles de bois. Une idée de visite commentée à faire cet été.

Visites commentées de l’atelier du galochierLa plus grande galoche du monde
« L’aventure des chaussures à semelles de bois »

Dates : du jeudi 7 juillet jusqu’au jeudi 28 août 2016

Horaire de la visite : en matinée

Toutes les heures à partir de 9h30
Durée des visites : de 45 à 60 minutes
Tarif : 2 € par personne (tarif unique)

Visites uniquement sur réservations au : 04 76 32 11 24 ou 04 74 88 25 05
Courriel : tourisme@bourbretisserands.fr

Pour les journées du patrimoine 2016 : les 17 et 18 septembre

Toutes les heures à partir de 9h30 (Matinée et après-midi)

Visites uniquement sur réservations au : 04 76 32 11 24 ou 04 74 88 25 05

Courriel : tourisme@bourbretisserands.fr

Adresse :

Office du tourisme Bourbre-Tisserands
« Atelier du galochier »
2 rue de Barbenière
Virieu (Isère)

 

France 3 – Alpes août 2016
Le musée de Virieu (isère) vous dit tout sur la galoche

C’est dans la vallée de la Bourbe à Virieu, dans le Nord Isère que se trouve le seul musée de France entièrement consacré à la chaussure à la semelle de bois. Il raconte l’histoire de la galoche et des galochiers. Des artisans dont le savoir-faire est aujourd’hui presque disparu.

Semelle de bois et dessus en cuir, la galoche n’est pas vraiment confortable, mais elle a été largement utilisée dans les campagnes jusqu’au milieu du 20è siècle. Celle que l’on appelle aussi la « chaussure du pauvre » fait partie de notre patrimoine et Louis Fournier est le gardien de sa mémoire.
Il est sans doute celui qui connaît le mieux l’histoire de la galoche et des galochiers, ces artisans qui taillaient les semelles dans des billes de bois. Et il est intarissable sur le sujet. Venez le voir dans son musée de poche situé à Virieu. Vous saurez tout sur la galoche !

Par Anne Hédiard, journaliste et présentatrice du Journal télévisé France 3 -Alpes, un reportage de Daniel Despin, Yves-Marie Glo et Jean-Jacques Picca, France 3 -Alpes

 

Film DVD « Dans les pas d’un galochier »

A l’inverse de sabots, taillés dans un seul morceau de Jaquette-5bois, la galoche comprenait plusieurs pièces, le dessus en cuir et la semelle en bois. Déjà connue des Gaulois, elle fut largement utilisée dans toutes campagnes, jusqu’au milieu du 20ème siècle, avec un point culminant durant la seconde guerre mondiale. Sa fabrication employait des dizaines de personnes dans chaque village de France, puis tout disparut avec la modernité. Ce film patrimonial fait revivre cet objet présent dans la mémoire collective, à travers les savoirs-faire, les gestes et des lieux liés à sa fabrication. Un hommage émouvant est ici rendu à cette tradition rurale.

Ce reportage a été réalisé au sein de l’atelier « Mémoire d’un galochier » à Virieu (Isère), seul lieu en France exclusivement consacré à l’activité de la galoche.

DANS LES PAS D’UN GALOCHIER ,

L’aventure des chaussures à semelles de bois

 Un film de : Jocelyn QUILLON, un reportage de Louis FOURNIER sur une musique de ROMANO SERRA

DVD, d’une durée de 52 minutes, langue française, son stéréo, Version PAL, Format 4/3 couleur

par correspondance : au prix de 15 € ( Frais de port compris)

 auprès de :

 Louis FOURNIER

18 passage de la fontaine

Hameau de Layat

38 730 Virieu-sur-Bourbre

 Téléphone : 06 82 30 27 68

Courriel : fournier.louis@free.fr

 

UNE BELLE AMERICAINE A VIRIEU

Une belle américaine à Virieu

Caroline et Gérald ALMY, ne sont pas peu fières de leur « belle américaine ». Un bijou qu’ils exhibent avec un plaisir non dissimulé. Cette LINCOLN de 1975, que Gérald à pu acquérir au hasard de sa vie professionnelle, à appartenue au Roi Fahd d’Arabie Saoudite.

 Lincoln-Gerald.jpg

Ses caractéristiques sont éloquentes : Moteur V8, 225 CV, 43 CV fiscaux, 6 mètres de long pour 2 mètres de large et le tout pour poids de 2,5 tonnes. Sa consommation est éloquente elle aussi à savoir 25 litres aux 100 kilomètres.

Lincoln-Gerald.jpg (1)

Si elle à fait craquer Caroline et Gérald, elle fait aussi craquer les jeunes mariés de la région, car elle est aussi mise à disposition avec « Gérald » comme chauffeur pour des mariages de rêves.

 Pour en savoir plus, allez voir le site : http://lincoln1975.blogspot.fr/

Lincoln-Gerald.jpg (2)

 Lincoln-Gerald.jpg (3)Lincoln-Gerald.jpg (5)

DE LA CALIFORNIE A VIRIEU

Sandy DELEHANTY

Sandy-painting-lrg[1]

I received an email today asking where the charming building is that is on my opening page of my blog. The answer is the tiny village of Virieu, France. I would probably never have discovered this out of the way French Village had it not been for Jackie and Valery the owners of French Escapade. They designed a wonderful painting trip for my students and I in 2005. We stayed in a charming guest house in a rural area of France. Everyday we were treated to fabulous French cuisine by Valery, and taken to wonderful painting sites by Jackie. This little flower shop was a favorite subject of my students and I. I so enjoyed our trip that we I asked to be the instructor on another French Escapade in 2008. The trip is full, but just in case something happens you could sign up on the Waiting List. For more information on my French Escapade May 28 to June 5, 2008 or other trips planned by French Escapade their

Par Sandy DELEHANTY-USATo see more of my paintings, my website is http://sandydelehanty.com.

Painting is my passion.It’s an obsession! I see a blank canvas or a sheet of watercolor paper and I can’t wait to start putting paint on it. I never run out of painting ideas. Inspiration is everywhere. The early morning light filtering through the big oak tree and touching a small rose blossom, the abstract patterns in a box of decorated chocolate truffles, the patterns of light and shadow falling across the porch of an old home, become paintings in my mind. The act of creating the paintings is pure pleasure. Hopefully, the people who give my paintings new homes, derive as much enjoyment from owning them, as I do from creating them.

My family and I live in the foothills of the Sierra Nevada mountains of California near the small town of Penryn. I am a full-time artist painting in both oils and watercolor. I teach watercolor classes and workshops and take my students on painting trips around the world.

Virien France

 

 

 

DE LA TAMISE A LA BOURBRE

Richard COLERichard COLE-Atelier

De la Tamise à la Bourbre.

Qui peut dire pourquoi la vallée de la Bourbre inspire depuis deux siècles, autant d’artistes talentueux ? . Tout comme Johan Barthold Jongkind (1819-1891) qui passa de nombreux étés à peindre la vallée ; Pierre Bonnard (1867-1947) qui à l’occasion de ses vacances familiales au Grand-Lemps, a réalisé ses premières œuvres à Virieu; Pierre Giacomino (1886-1969) qui délaissait chaque été son atelier des pentes de la Croix-Rousse à Lyon pour élire domicile à Virieu et sillonner aussi la vallée avec sa palette et ses pinceaux, c’est aux beaux jours que l’on peut rencontrer Richard Cole aquarellant les paysages de notre région.

Richard Cole a de nombreux points communs avec Jongkind. Tout comme lui, c’est en venant rendre visite à des amis que c’est artiste anglais est tombé amoureux de notre région. Comme lui, il a adopté notre pays en passant la plupart de son temps à aquareller la nature. Jongkind n’avait-il pas adopté le Dauphiné au point de se définir comme «paysan dauphinois ? ».Richard COLE-3

Il faut dire que Richard Cole s’est rapidement imprégné de nos coutumes en croquant de nombreuses scènes de la vie dauphinoise: les marchés, les commerçants et les clients des bistrots. Toutes ces scènes de la vie courantes n’ont pas échappées à ses yeux d’artistes et à son regard malicieux.

Né à Londres en 1942, il a étudié au Wimbledon School of Art, et a exposé ses toiles et sculptures dans les plus prestigieuses galeries de Londres. Beaucoup de ses œuvres se trouvent actuellement dans des collections publiques et privées en Grande-Bretagne, notamment au British Museum et à la Bank of England. Il s’est montré maître dans l’art de la satire politique pour ses caricatures parues dans le Times et les quotidiens d’outre-Manche. Richard Cole est également connu pour ses croquis des plus grands procès criminels internationaux de ces dernières années. La chaîne de télévision CBS News l’avait choisi pour couvrir le procès de Klaus-Barbie à Lyon.

Richard COLE-2

Richard Cole est venu pour la première fois dans le Dauphiné il y plus de 35 ans. Tombé sous le charme des paysages de la Vallée de l’Ainan, il a acheté une vielle forge à Saint-Geoire-en-Valdaine qu’il a aménagé pour en faire son atelier. Tous les étés, il y expose ses œuvres, dessins, toiles et sculptures. On peut y découvrir par exemple: le lac de Paladru, les villages de Charavines, de le Pin et le château de Virieu, ainsi que la Chartreuse et son monastère.

Il a publié le 22 novembre 2012 un livre,
« PORTRAIT OF A FRENCH VILLAGE BY AN ENGLISH ARTIST, RICHARD COLE »
édité par « Cœur de Lion Press » Le village est Saint Geoire-en-Valdaine.

Couverture livre de Richard COLE

Pour en savoir plus:

La vieille forge
Montée des Trois Pierres
38620 Saint-Geoire-en-Valdaine

Téléphone: 04 76 07 58 73
Son site Internet: www.richardcoleltd.com