Louis Fournier présente
Virieu en Dauphiné

 

Accueil Nouveautés ...

Virieu en Dauphiné Accès

Les Artistes Les Livres

Virieu en Cartes-postales

Histoire de nos maisons

Galoches (Lieu de mémoire)

Commerces anciens

Orgue dans l'église

Place du Trêve

Distillerie

Château de Virieu

Château de Pupetières

Vidéos Liens Divers

Galeries des Visuels

Revue de Presse

Contact Livre d'Or

 

 

 

 

Virieu

en Cartes-postales

 

De la photographie à la carte-postale

En 1813, Nicéphore Niepce reproduit la première image photographique sur plaque de cuivre recouverte de bitume de Judée. En 1869, Louis Daguerre réalise la première vue qu’il perfectionne et commercialise quelques années plus tard. D’abord, seuls les membres des classes aisées peuvent faire réaliser leur portrait. Les premiers souverains photographiés sont Napoléon III en 1859, Victor Emmanuel de Savoie en 1861… A partir de 1863 entre en œuvre Félix Tournachon ; dit Nadar, l’un des plus grands photographes de l’époque par ses innovations.

 

 

Virieu_Cartes_Postales_001

 

En 1872, Jules Fesser – ami du peintre Jongkind – alors cuisinier au château de Pupetières, sera le précurseur des photographes dans la vallée de la Bourbre. Ses photographies sont fort appréciées : des portraits des habitants de Virieu et bien sûr du peintre Jongkind, mais, aussi, chose nouvelle, des paysages, comme le château et ses environs.

 

 Virieu_Cartes_Postales_002

 

La coutume fut vite adoptée, pour les grandes occasions – communions, mariages, périodes militaires, etc. – de se rendre en famille chez le photographe. Les chambres photographiques, avec plaques de verres étaient difficilement transportables.

 

 Virieu_Cartes_Postales_004

 

En 1886, Jean Bonin de la commune de Châbons, alla se former à Voiron et revint au pays ouvrir son propre studio, qui fut repris en 1944 par son petit-fils Jean Vaudaine. C’est à Châbons, que ce dernier réalisa dans les années 1950 des cartes-postales d’une manière artisanale sur papier photographique. L’édition de ce type de cartes était très limitée tout au plus une centaine d’exemplaires par type de vue. Plus tard il édita de nombreuses cartes-postales de la vallée de la Bourbre, qu’il fit imprimer industriellement.

 

 Virieu_Cartes_Postales_005

 

Parallèlement à Panisage, Jean-Marie Manon, s’installa lui aussi comme photographes en 1919 ; et à son tour réalisera les portraits des habitants de la vallée de la Bourbre et immortalisera les grands évènements de chaque famille.

 

 Virieu_Cartes_Postales_006

 

Les premières cartes-postales utilisées en France datent de 1873. A cette date, et pour la première fois, deux types de cartes postales sont mis en vente dans les bureaux de poste. La carte postale est alors réduite à ses plus simples expressions, sans illustration, avec pour seule fantaisie une frise encadrant la partie réservée à l’adresse du destinataire et portant le timbre d’affranchissement. Le verso est réservé à la correspondance.

 

 Virieu_Cartes_Postales_012

 

Ce n’est qu’au début de 1904, que la poste réglementera à nouveau le mode de correspondance. Désormais, le recto est divisé en deux parties, celle de droite réservée à l’adresse du destinataire, celle de gauche destinée à la correspondance. Le verso est entièrement consacré à l’illustration.

 

 Virieu_Cartes_Postales_015

 

La carte postale était fabriquée en collant trois feuilles de papier, les deux extérieures étaient imprimées en une seule couleur à dominante grise, bleutée ou sépia. Parfois l’épreuve originale était coloriée aux pochoirs ou aux pinceaux avant d’être imprimée en couleur.

 

 Virieu_Cartes_Postales_042

 

Dans les années 1960, les cartes postales semi-modernes, bien que de moindre qualité artistique et porteuse d’une plus faible charge émotionnelle que leurs aînées, ont souvent un intérêt technique indéniable. C’est l’époque des changements urbanistiques, des nouvelles constructions industrielles.

 

 

 

De nos jours la carte postale moderne bénéficie d’une double révolution technique : révolution de l’impression dont les procédés se dispenseront bientôt de tout recours aux films de photogravure et : révolution de la prise de vue, avec des appareils photographiques numériques aux qualités graphiques en progrès constants, et aux capacités de stockage croissantes. Parions que les œuvres ainsi réalisées deviendront des objets de convoitise tout aussi passionnants pour les générations de futurs collectionneurs.

 

 

Cartes-postales

Virieu en Cartes-postales

Écouter Louis Fournier
interviewé par Michèle Caron
dans France Bleue Isère
Portraits d'Isère

   

 

Haut de page

Copyright © Louis Fournier - Tous droits réservés | Mentions légales | Plan de site | Crédits | FAQ | Contact | Webdesign